Un site délaissé

La création d’infrastructures nouvelles génère une consommation d’espace considérable. Au-delà de l’emprise technique pure, l’ouvrage nécessite l’acquisition de terrains supplémentaires le long des voies, ces espaces sont appelés « délaissés » ou  »dépendances vertes ».

Le site des Monts-Gardés constitua l’un de ces délaissés, amenés à recevoir un aménagement paysager dans le cadre de la LGV (ligne à grande vitesse) Paris/Strasbourg.


En phase amont il fut décidé de transformer cet espace en surface boisée en utilisant des techniques
traditionnelles de plantation de jeunes plants sur bâche plastique.

Exemple type de plantation sur bâche plastique sur des section courante de LGV

Avant le démarrage des travaux les Monts-Gardés ont fait l’objet de fouilles archéologiques.

Pendant la phase chantier les Monts-gardés ont servi de base vie aux ouvriers et de zone de stockage de matériaux

Au terme du chantier de génie civil, les Monts-gardés constituent 35 hectars de sols remaniés et dégradés.


La décision de transformer ce site en pôle expérimental fut validée en 2005.

Le coût des travaux estimé pour des aménagements classiques était de 4,9 Euros du m2. Correspondant au coût moyen des aménagements paysagers de ligne nouvelle.

Le coût des aménagements du pôle expérimental fût de 1,4 euros du m2, soit trois fois et demie de moins !

Plan du pôle expérimental des Monts-gardés

réalisé par sites-saphir.com © 2013 Administration